GEORGE MICHAEL - UN ENTRETIEN DE GEORGE MICHAEL AVEC THE FACE MAGAZINE EN NOVEMBRE 1987 !!

Publié le par Georgiafan

GEORGE MICHAEL - UN ENTRETIEN DE GEORGE MICHAEL AVEC THE FACE MAGAZINE EN NOVEMBRE 1987 !!

Nous remontons le temps avec cette interview écrite par Tony Parsons et publiée par le Magazine The Face....

Voici quelques extraits choisis et traduits par mes soins.

GM   -  "  Parfois, je me tiens devant le miroir et je pense...Je ressemble à de la merde... Ce serait bien si je pouvais simplement sortir et boire un verre avec quelques copains, sans essayer de tirer ou quoi que ce soit...Mais quand je sors, je sais que tout le monde va me regarder... Donc, mon apparence m'inquiète... mais le plus drôle, c'est que parce que les gens voient mon visage à la télé et dans les journaux si souvent, quand ils me voient en chair et en os, ils ne remarquent même pas si je ressemble à de la merde. Ils ne pensent pas woooh!, George à l'air un peu taché ce soir... "   

George Michael est là depuis une éternité, bien qu'en juin dernier il ait célébré ce qui n'était que son 24ème anniversaire.

En 1987, qui pour George Michael est l'année où il sort " Faith ", son premier album solo, les rumeurs se sont préoccupées de son argent et de ce qu'il en fait...

GM  -  "  Il y a deux raisons à toutes les rumeurs. Une des raisons est que l'image que je présente est un peu trop ordinaire, certaines personnes pensent que tout cela est une façade et qu'il doit y avoir quelque chose de caché derrière.... Et l'autre raison... Parce que je ne suis pas tombé sur le bord de la route. "

George Michael a en quelque sorte réussi à garder des principes intacts et.  son entreprise en plein essor. Seul parmi les actes de platine du monde, sa carrière se déroule sans aucun moyen de soutien visible.

GM  -  "  Personne n'a jamais pris de décision créative à ma place. Quand je commencerai à laisser d'autres personnes prendre ces décisions, ce sera parce que je panique. J'ai Connie pour faire mes relations publiques. Une assistante personnelle, un avocat, un comptable et un éditeur. Je viens de faire appel à une équipe de direction nord-américaine et je vais les utiliser en Amérique du Nord comme terrain d'essai.... Mais ma direction a toujours été organisatrice de ce que je veux. Chaque décision m'a toujours été renvoyée parce que je serais tellement énervé si quelque chose n'allait pas..."

Dans quelle mesure, le plan de vol, de sa carrière est-il détaillé ? Sait-il ce qu'il se passe ensuite ?

GM  -  "  J'ai toujours eu une idée claire de ce que je devrais faire ensuite parce que si vous ne l'avez pas, peu importe votre talent, vous vous mettez à la merci des autres. C'est pourquoi tant de gens échouent, s'affaiblissent ou atteignent un certain point et ne peuvent pas aller plus loin.... Mon objectif, aussi totalement inutile que cela puisse être, est de m'établir partout, y compris en Amérique, comme je me suis établi ici et dans certains autres territoires. Je n'ai pas besoin de devenir plus riche. "

A-t-il des réunions régulières avec son équipe de comptables ?

GM  -  "  J'ai des réunions irrégulières avec mes comptables. Depuis environ trois ou quatre ans, ils m'exhortent à décoller et à passer un an hors du pays. L'année prochaine sera ma première " année d'absence ". Il y aura un mois de préparation et ensuite une tournée mondiale de sept mois. Je serai sur la route et je serai George Michael pendant sept ou huit mois, puis je rentrerai à la maison..."

Qui sera t-il alors ?

GM  -  "  Je ne sais pas... Pas Georgios Kyriacos Panayiotou. Je me suis toujours senti plus comme George Michael. Même si dans ma tête, c'est toujours un titre. George Michael c'est juste un petit titre autodidacte, n'est-ce pas ? "

Dans sa tête, il est parfois la pop star consommée, chantant des chansons de misère romantique et de félicité lobotomisée. Mais dans son coeur, il est toujours le garçon soul de Bushey, et il a une référence presque religieuse pour la musique qui vient d'une vraie émotion. Il méprise son rôle d'artisan de la pop la vocation qui l' a  rendu riche au-delà de toute croyance, et compare le faux sentiment enregistré au faux orgasme.

GM  -  "  Si les gens croient que vous êtes venu, c'est bien. Mais tu restes allongé là-bas en se sentant un peu foutu. Juste avant la fin de Wham! et pendant environ un an après, c'était une vraie période morte pour moi, un vrai point bas. De tous les disques que j'ai faits pendant cette période  " Edge Of Heaven ", " A Different Corner ", et celui avec Aretha Franklin, seul " A Different Corner " est quelque chose dont on peut être fier. Le reste n'est que formularisation. Mais, même si je déteste faire semblant, je peux le faire si je le dois. "

Une source de fierté encore plus grande que les chiffres de vente américains de " I Want Your Sex " est la façon dont ce disque a été perçu outre-Atlantique comme de la musique noire honorifique.

GM  -  "  Les gens qui achètent Janet Jackson et Prince ont acheté " Sex ", je m'intègre beaucoup mieux dans le R&B maintenant qu'avant. Avec Aretha, j'aurais aimé pouvoir faire quelque chose qui s'apparente plus à un disque de soul qu'à un disque de pop. Même si j'ai été incroyablement flatté qu'on me demande de le faire. Je sais que c'était autant l'idée de sa maison de disques que celle d'Aretha... J'étais le honkey acceptable, White George.... "

George Michael , l'homme est ouvert, accessible, charmant. George Michael l'industrie , n'est rien du tout comme ça. Aucune autre carrière dans le secteur de la musique n'a un soin aussi méticuleux et une attention aux détails prodigués à sa manifestation physique. Des séances photo coûteuses sont supprimées, une petite poignée d'images approuvées est remise aux éditeurs pour publication officielle et les contrats promettant une interview en échange de la couverture d'un magazine sont négociés pendant des mois .

Pourquoi George Michael s'embête t-il ?

GM  -  "  Parce que les photos de paparazzi de moi sortant de restaurants et boîtes de nuit avec une fille sont révoltantes. Et ce sont les photographies que la plupart des gens voient dans ce pays. Le reste du monde me voit comme je veux être vu. "

 

 

Commenter cet article

Laurence 30/01/2021 08:09

Bonsoir Christiane et les lovelies! Merci pour cet article, on y retrouve George qui ne s'apprécie pas physiquement, mais qui décide - et veut absolument décider- de son propre destin et de sa carrière; tout jeune il savait déjà très bien comment le faire et surtout il ne s'entourait pas de trop de personnes pour pouvoir avoir le contrôle de la situation, comme il l'entendait. Homme hors norme, parti beaucoup trop tôt... Bonne soirée à tous et à toutes!

Georgiafan 30/01/2021 09:37

Bonjour Laurence, je n'ai jamais compris et ne comprendrait jamais pourquoi George avait des problèmes avec son physique ? Il a toujours su prendre son destin en main, il savait ce qu'il voulait, ce qu'il devait faire pour y arriver, mais je pense qu'il savait également écouter les conseils qu'on pouvait lui donner, tout en gardant le contrôle de ses décisions, rien n'était fait sans son accord en toutes circonstances, et quelle belle carrière il a eu, dommage qu'elle se soit arrêtée si tôt.... Bonne journée

Aline Jouet 28/01/2021 15:01

Merci beaucoup pour le partage, passez me voir.

Clara 27/01/2021 18:55

Bonsoir Christiane
Merci pour cet article.
George et son physique.....C'est toute une histoire. Comment peut-il se voir comme une merde ? Comment se déprécier autant. Son plus jeune âge d'enfant mal dans sa peau , l'éducation où le narcissisme était mal vu en sont peut-être responsables .
Pour le reste, il a assumé malgré les inconvénients de la notoriété .
Bonne soirée, bise

Georgiafan 27/01/2021 20:01

Bonsoir Clara, et oui, comment pouvait se prendre pour de la "merde", incompréhensible. Il était bien loin de tout ça. Il a reçu une éducation stricte, et chez ses parents il y avait des choses dont on ne parlait pas,, serais-ce pour cela que George se dévalorisait ainsi ? Bonne soirée, bise