GEORGE MICHAEL - INTERVIEW DANS LE GRAFFITI MAGAZINE EN 1987 !!

Publié le par Georgiafan

GEORGE MICHAEL - INTERVIEW DANS LE GRAFFITI MAGAZINE EN 1987 !!

Remontons dans le temps, en 1987, avec une interview écrite par Philip Martin, et publiée dans Graffiti Magazine , ceci à New York , en décembre 1987. 

Lorsque l'on parle à George Michael il est assez clair que la musique est toute sa vie. Il a vendu 36 millions de disques avec 71 numéros un dans le monde et semble être un sex-symbol dans tous les domaines. Ce qui est frappant c'est à quel point il a réussi à rester normal. Juste une bonne dose de confiance en soi.

 Voici quelques morceaux choisis et traduits par mes soins....

PM  -  Vous avez toujours eu des moments plus difficiles aux Etats-Unis qu'en Angleterre, cela vous inquiète-t-il de ne pas être apprécié ici ?

GM  -  "  Je pense que l'Amérique avait un préjugé très fort contre moi, ce qui a beaucoup à voir avec la façon dont Andrew et moi nous promouvons. Je savais que ce serait difficile de s'en sortir. L'Amérique étant particulièrement... têtue, pour le dire ainsi. "

PM  -  Vous trouvez que vous manquez le format de Wham !

GM  -  "  Non, pas du tout. C'était une structure dont tout le monde savait qu'elle dépendait de moi, donc ça fait la même chose maintenant, sauf que c'est juste beaucoup plus facile d'être moi-même. "

PM  -  Et bien cela dépendait de vous musicalement, mais comme une sorte de concept, c'était vraiment deux garçons.

GM  -  "  Oui, nous deux. Mais je suis beaucoup plus heureux maintenant, car à la fin, c'était juste moi qui essayais de faire un projet solo et de faire croire que c'était évidemment ça. Je sens que toute la pression est partie. "

PM  -  Alors, quel type de processus de vérification utilisez-vous maintenant ? Ou vous fiez-vous entièrement à votre propre jugement ? 

GM  -  "  En faisant la musique je compte entièrement sur moi-même. En ce qui concerne ce qui ce qui devrait être des singles, il y a d'autres personnes, mais quand il s'agit de créer je suis assez insulaire, certainement pas un collaborateur. "

PM  -  Est-il aussi facile de réagir à la musique aussi intuitivement que lorsque vous étiez plus jeune? Cette magie existe-t-elle toujours, ou entendez-vous simplement des choses en termes de bons sons de batterie ou autre ?

GM  -  "  J'essaie très fort de garder les choses aussi intuitives que possible, ce que je fais en ignorant complètement la théorie. Même maintenant, honnêtement, je ne peux pas nommer les six cordes d'une guitare, ni vous dire où se trouve un ré sur le piano, ou sur quelle touche je chante, ou quoi que ce soit. Je fais attention à la façon dont je structure les choses, mais l'ignorance est vraiment importante, cela signifie que vous devez explorer pour trouver le bon accord ou quelque chose qui sonne différemment. Tant que vous ne savez pas où vos mains devraient être sur le clavier, vous chercherez le meilleur endroit."

 

PM  -  Et pourtant on a beaucoup parlé de toute la question de l'artisanat. Y a-t-il une contradiction à vouloir la popularité ? A être jugé par elle, tout en étant toujours considéré comme un artisan ?

GM  -  "  Il est très important d'être populaire. J'adore la musique pop et j'en suis totalement fasciné. J'aime ce que cela me fait émotionnellement et la façon dont les individus peuvent affecter la société en tant que popstars, ce qu'ils font, aussi incroyable que cela puisse paraître. Je trouve cela fascinant parce que c'est une forme d'art contemporaine, la seule forme d'art totalement immédiate. Mais j'aime être considéré comme un artisan, cependant je n'aime pas l'idée que cela se détache d'une manière ou d'une autre de ce que je fais. "

PM  -  Alors pourquoi vous sentez-vous obligé de vous défendre ?

GM  -  "  Je suis tout à fait conscient que j'ai gagné un niveau d'acceptation en Angleterre pour tout le mérite de ce que je fais, par opposition à ici, où c'est encore un peu nuageux. Les gens semblent avoir besoin de se faire dire que je ne peux pas m'aimer. Par exemple, cet article de Rolling Stone que David Fricke a rédigé avait à peu près le même ton que beaucoup d'articles en anglais au cours des dernières années. George Michael est en fait un bon gars et un assez bon musicien, etc, etc....ce genre de choses. Un article de Rolling Stone ici est très important, ce qui semble vraiment faux..."

PM  -  Il y a eu cette période où vous étiez dépeint comme le Howard Hughes d'articles pop-sociologiques sur la façon dont vous devriez apprendre à dépenser votre argent.

GM  -  "  Ouais, c'était très drôle. Je pense avoir lu ça à LA. Il y a eu un moment où ça m'a fait mal, mais maintenant je peux accepter qu'ils font partie de ma carrière et même s'ils écrivent des bêtises, ils m'aident toujours. Ce qui rend les insultes plus faciles à accepter. "

PM  -  Allez-vous continuer à rester en Angleterre, ou trouvez-vous cela trop étouffant ?

GM  -  "  Musicalement ce n'est pas un endroit très excitant, j'en ai bien peur. Les graphiques sont comme les graphiques européens, juste pleins de merde. Je ne veux rien à voir avec Top of the Pops, je ne peux pas croire qu'ils aient réussi à vendre le programme aux Etats-Unis, juste au point où chaque numéro un est un disque de nouveauté. "

PM  -  C'est peut-être pour ça ?

GM  -  "  Oui parce que ça n'offense personne, je suppose. Je trouve juste que je suis assez gêné par toute la scène musicale anglaise et il y a deux ans je n'aurais jamais cru que je dirais cela. La musique est bien plus excitante de ce côté-ci de l'Atlantique, mais il n'en reste pas moins que je suis très anglais et que je ne suis pas vraiment moi-même quand je n'y suis pas. "

PM  -  De quelle manière ?

GM  -  "  Deux ou trois choses je suppose. Premièrement j'ai toujours été basé à Londres, et d'un point de vue créatif, mes pieds ne sont jamais vraiment sur le terrain si je n'y suis pas. Deuxièmement, tous mes amis et ma famille sont là et j'aurais beaucoup de mal à m'en éloigner, car ils représentent cinquante pour cent de ce que je suis . "

PM  -  Gardez-vous toujours les mêmes amis ?

GM  -  "  Oui, cela m'a gardé sain d'esprit, parce que cela signifie que j'ai eu des gens avec qui je suis en contact permanent. Des gens en qui je peux vraiment faire confiance, ce qui est difficile dans ce métier. "

 

Commenter cet article

Danielle 25/04/2021 10:27

Bonjour Christiane, Merci pour cet article intéressant et tellement vrai. Notre George connaissait son métier à fond et savait parfaitement "gérer sa barque" grâce à ses grandes qualités musicales. Il a toujours su ce qu'il voulait, et ce, pour notre plus grand bonheur. Comme toi, je pense que George n'aurait pas pu vivre loin de sa famille. Bon dimanche. Bises.

Georgiafan 25/04/2021 11:22

Bonjour Danielle, et oui tu as entièrement raison, George connaissait son métier, comme il savait ce qu'il voulait et surtout ce qu'il ne voulait pas. Il a fait une très belle carrière et il aurait faire encore plus si la vie avait été moins injuste, il avait de nouvelles choses à offrir, il avait des projets.... Je pense que George était très famille, d'ailleurs Mélanie était souvent à ses côtés lors de ses tournées, désormais ils sont réunis avec leur maman au ciel.... Bon dimanche, bises

Clara 23/04/2021 20:21

Bonsoir Christiane
Merci pour cet article. J'aime l'image de l'artisan qui colle bien a George dans la mesure où il faisait tout lui-même.
L'artisan qui maîtrise sa carrière .
Je constate aussi qu'il était clairvoyant quant a position au sein de Wham et qu'elle était, a ses, yeux évidente aussi pour tous..
Aucune rancune vis à vis de l'Amérique ou il reconnaissait en plus que la musique y était plus excitante.
Si je comprends bien George ne savait pas jouer d'un instrument ? Avait-il l'oreille absolue ?
George les amis , la famille , la confiance , très très important pour avancer dans la vie , surtout quand l'entourage peut être hypocrite .
Bon week-end, bise

Georgiafan 24/04/2021 07:46

Bonjour Clara, mais oui, George était un artisan, il ne voulait surtout pas être le "collaborateur"',c'était lui si l'on peut dire le "chef", l'artisan de ses oeuvres musicales.... Il était aussi clairvoyant et précurseur.... Pour ce qui est des instruments il savait en jouer mais il cherchait toujours le meilleur accord entre sa voix et les instruments., puisqu'il était un grand perfectionniste..... George aimait beaucoup sa famille, je pense qu'il n'aurait pas pu vivre loin d'elle.... Bon week end, bise

Christine guyot 23/04/2021 17:53

Bonjour Christiane.
C'est toujours un grand plaisir de lire ou de relire les interviews de notre george adoré et merci à toi de transmettre ces moments, ça fait plaisir.
C était un grand précurseur et un bel artiste notre george.
Excellente fin de journée
Bises à toutes les lovelies
Christine xx

Georgiafan 23/04/2021 20:11

Bonsoir Christine, tu sais que cela me fait plaisir, même si je dois remonter dans le temps le principal est de parler de George, faire en sorte qu'il ne tombe pas dans l'oubli, et puis parfois on découvre encore des choses sur cet artiste exceptionnel. Bonne soirée Christine et bises