GEORGE MICHAEL - FAITH INFLUENCE PAR LE ROCK AMERICAIN !!

Publié le par Georgiafan

GEORGE MICHAEL - FAITH INFLUENCE PAR LE ROCK AMERICAIN !!

" Faith ", une interview de 1988 in Us Weekly. Traduit par mes soins.

La première priorité de George Michael était de prouver à tous ceux qui doutent qu'il est un musicien avec lequel il faut compter : "  J'attends le jour où on me pardonnera d'être la moitié de Wham! "   George Michael

- Etes-vous surpris par le succès de Faith ?

GM  -  "  Vous savez, j'ai toujours pensé que c'était un coup de chance que ce que j'aime faire musicalement concerne énormément de gens. Faith est une belle collection de chansons, et je savais que ce serait un album commercial très, très réussi. Je ne pense pas que cela dépendait d'une sorte de gadget ou d'imagerie. Je pense que c'est beaucoup plus authentique que beaucoup de musique qui se vend maintenant. Je n'ai jamais vu autant de musique stéréotypée de ma vie. La musique formelle a toujours existé, mais les gens n'ont jamais semblé aussi prêts à l'acheter en si grand nombre et à continuer à l'acheter. "

Devinez pourquoi Faith a si bien réussi en Amérique ?

GM  -  "  J'ai toujours pensé que si je fais ce qui me vient naturellement, au mieux de mes capacités, alors le public réagira favorablement. "

- La foi est composée de différents styles, sans aucun thème. Avez-vous délibérément voulu montrer que vous pouviez gérer de nombreux styles et sujets ?

GM  -  "  Je m'ennuie très facilement, et l'idée de prendre une déclaration émotionnelle et de la transformer en album n'est pas vraiment suffisante pour me rendre heureux. L'album a pris plus d'un an pour le faire, et au cours de cette année, il y a eu tellement de choses différentes qui m'ont excité, elles étaient toutes destinées à sortir. Les trucs de danse sur l'album représentent un élément de moi qui dit : " J'ai raté une partie des quatre, cinq, dernières années ". Je veux dire, j'ai passé un très bon moment, mais il y a un élément en moi qui veut rappeler aux gens que je n'ai que vingt-quatre ans. Cela ressort dans des morceaux de danse. La seule chose qui m'a effrayé, c'est que les gens s'attendaient à ce que je passe immédiatement dans une catégorie intermédiaire. Ils s'attendaient à ce que ce soit deux ans après que Wham! soit rompu, et pour un jeune de vingt-eux ans, c'était vraiment effrayant. Je voulais donc que l'album soit plus représentatif de ce que je suis. "

-  Vous êtes en tournée qu'en pensez-vous ?

GM  -  "  J'aime jouer parce que c'est le summum absolu des sorties créatives de quiconque. Il n'y a pas de meilleur sentiment au monde. Je pense souvent que si je devais décider qu'elle était la meilleur ruée, et laquelle j'abandonnerais en premier, en marchant sur scène devant des milliers de personnes ou de sexe... Je pense que je devrais abandonner la marche sur scène, parce que j'ai prouvé que je peux le faire pendant un an. Je ne peux pas imaginer me passer de sexe pendant un an. Mais c'est le seul sentiment qui s'en rapproche. Je déteste être en tournée, cependant, et tout le processus, parce que vous êtes entouré de votre propre personnalité publique vingt-quatre heures sur vingt-quatre. "

- Une grande partie du succès de Wham! repose sur la force de vos vidéos. Quelle est l'importance des vidéos dans votre travail solo ?

GM  -  "  En fait, je déteste la partie vidéo. Il y a environ un an j'aimais être devant les caméras. Je ne sais pas ce qui m'a pris... Non, je ne sais pas ce qui m'a pris, c'était d'avoir dix-neuf ans et d'avoir soudainement des tas de filles après moi, de faire dire à tout le monde... " Tu es une star "... Quand on est jeune et qu'on a envie de faire quelque chose depuis si longtemps, il est très difficile de ne pas se laiser séduire par ça. Maintenant, je jure que si je ne devais plus jamais me tenir devant une caméra, je serais très heureux. "

- A quel point l'optimisme qui régnait dans la musique de Wham! était-il sincère ? Avez-vous toujours été aussi éveillé que vos chansons le laissaient entendre ?

GM  -  "  Vers le début, cet optimisme était totalement 100% authentique. Nous étions très, très jeunes, très fiers. Même la ballade de notre premier album ( Nothing Looks The Same In The Light de Fantastic ), à propos de la première fois où vous couchez avec quelqu'un, à été écrite d'un point de vue totalement authentique et naïf. J'avais dix-sept ans, mais j'avais déjà écrit ( Careless Whisper ). C'était écrit sur un équilibre d'émotions que je n'avais pas vraiment connu. ( Make It Big ), le deuxième album de Wham! était assez authentique, mais à la fin de l'enregistrement les choses commençaient à me peser un peu. C'est dur d'inventer quelque chose quand on se sentait comme une merde. Avec Wham! ce sentiment d'optimisme était impératif. "

- Comment était calculée la promotion de George Michael ?

GM  -  "  Toute l'affaire de ma promotion physique était quelque chose que je n'avais jamais envisagé, parce que je ne me voyais pas sous cet angle en tant qu' enfant. Une fois que ça a commencé, je ne dis pas que je l'ai ignoré. Je n'ai jamais dit : " Non, je ne vais pas me brosser les dents aujourd'hui, je suis musicien ". J'étais l'instigateur, mais j'étais entraîné dans le sens où j'étais jeune et je n'avais aucune perception réelle de l'ampleur de la situation et de la façon dont je devais le combattre plus tard. En même temps, je ne ferais rien pour le changer car cela me met dans une position très enviable, c'est une chose d'avoir à lutter pour votre crédibilité et votre succès de nulle part. Je pense que vous avez besoin de défis, et j'ai crée le défi de devoir faire marche arrière contre l'image que le public a de moi. Mais ce défi est tout à fait à côté de ce que je fais musicalement. "

Alors pas de regrets ?

GM  -  "  L'ensemble Wham! ce n'était pas une erreur, c'était vraiment une bénédiction déguisée. C'est donc un nouveau départ, une renaissance. Dans ce pays, cela se fait en permettant aux gens d'en savoir plus sur vous. Quand j'étais perçu comme n'étant que des dents et des boucles d'oreilles, je ne disais pas grand chose aux gens sur moi. Quand nous vendions des tonnes et des tonnes de disques, il ne semblait pas vaiment qu'il y aurait de problèmes. Maintenant, je suis parfaitement préparé à faire savoir aux gens de quoi je parle . "

- Jusqu'à la sortie de Faith, vous aviez fait profil bas. Pourquoi ?

GM  -  "  Je suis resté hos de vue du public parce que j'avais besoin de repos. Puis, " I Want Your Sex " est arrivé. La chanson a été écrite et l'album n'allait pas sortir avant la fin de l'année, alors j'ai pensé qu'il avait besoin d'être véhiculé. Puis vient le film ( Beverly Hills Cop II ). Maintenant, j'aurais aimé que nous n'ayons rien à voir avec ça. J'ai toujours eu l'impression que les chansons utilisées dans les bandes originales de films étaient en quelques sorte dépréciées, et bien qu'on m'avait demandé de mettre des chansons sur des bandes originales, j'ai toujours dit non. Cette fois j'ai dit oui et j'aurais aimé ne pas l'avoir fait. La sortie anticipée de la chanson n'a fait aucune différence ailleurs que dans ce pays. Je ne pense pas que les gens se souviennent même que c'était dans ( Beverly Hills Cop II ). Et je ne pense pas que la polémique était méritée du tout. "

- Vu le titre de la chanson, ne saviez-vous pas quand vous l'avez sortie qu'elle ferait sourciller ?

GM  -  "  Comment aurais-je pu l'appeler, vraiment ? Je trouve toujours étonnant que vous puissiez utiliser le mot sexuel ou sexy, mais si vous dites " Sexe ", tout le monde panique. Bien sûr, je savais qu'il allait y avoir une controvese et je ne peux pas prétendre que cela ne m'a pas excité, au début. Mais je n'avais aucune idée qu'il y aurait quelque chose comme le degré de controverse qu'il y avait. Dans certaines régions, en Angleterre, par exemple, ça fait mal. C'était le single le plus vendu que j'ai jamais eu là-bas parce qu'il n'a jamais été joué. C'était interdit à la radio et à la télévision, c'était une censure très effrayante. Ici, il n'a été interdit que sur environ une station sur trois, et il a été numéro un pendant trois semaines. Mais il n'a jamais été numéro un sur Billboard's Hot 100 parce que les stations de radio ne le diffusaient pas. Mais le fait est que c'est devenu mon single le plus vendu ici, à cause de l'énorme controverse. "

- Quelle a été la partie la plus difficile de cette transition de " poster boy " à artiste solo ?

GM  -  "  J'ai toujours ressenti cette perception. A un moment donné, vous voulez dire ....  Voici l'album, maintenant vous ne pouvez plus me critiquer pour les choses pour lesquelles vous m'avez critiqué dans le passé. Laissez moi tranquille. " La seule façon de changer les perceptions est de dire aux gens ce que je suis vraiment. Je ne vais pas laisser passer cette opportunité et laisser les préjugés des gens continuer à courir. Alors me voilà "

-  "  Je ne pensais pas que la façon dont j'apparais dans la vidéo de Faith allait recréer la même chose que Wham! Et c'est ce qui s'est passé surtout aux Etats-Unis. Je me suis retrouvé prisonnier d'une image sans le savoir. Cela a été foudroyant. "

Commenter cet article

Flo 15/06/2021 17:40

Bonjour à tous, je rejoins les lovelies merci Christiane de nous proposer et de nous replonger dans ces articles avec en prime la traduction que du bonheur, je te lis mais je n’ai pas toujours le temps de répondre et je le déplore. Quel aplomb, quelle maturité, quelle justesse, de par son jeune âge, il avait déjà envie que l’on reconnaisse son talent d’auteur avant tout. Au cours de sa carrière, il a suscité tellement de jalousie et d’envieux et aussi un certain racisme notamment lors de son Grammy Award en 1988, je vous laisse le soin de relire cela, mais la polémique est vite retombée car l’album se justifiait largement, il était un des chanteurs les plus écoutés à Brooklyn (dixit Jay-Z). Je vous transmets un article de septembre 1988 dans lequel George disait « j’étais bien plus heureux que mon album FAITH soit numéro du top black que du top pop. Il y avait bien plus de sens et d’accomplissement. Je savais que cet album allait choquer ou surprendre les gens. Le tempo rapide de la nouvelle musique est plus sensuel, plus black ». George tu es somptueux

Georgiafan 15/06/2021 20:06

Bonsoir Flo, ne t'inquiète pas je sais que ce n'est pas toujours possible d'avoir le temps nécessaire pour pouvoir commenter. Le principal est que tu puisses lire. George avait un énorme talent, et j'espère qu'il n'en a jamais douté, il se disait peu sûr de lui avec beaucoup de principes.... De jalousie oh oui, peut-être en a-t-il souffert... Oui je me souviens que le summum a été atteint en mai 1988 quand l''album Faith décroche la première place des R'n'B aux Etats-Unis, et George avait exprimé toute sa fierté sur MTV disant que c'était la preuve qu'il n'était pas un imitateur ce dont on l'accusait depuis longtemps. Fin 1988 il avait reçu le Grammy Award du m.eilleur album soul battant ainsi Michael Jackson et Bobby Brown. Gladys Knight avait publiquement fait part de sa désaprobation estimant que George Michael avait bénéficié d'une promotion massive souvent refusée aux " vrais" artistes blacks. L'album Faith est magnifique et a tenu toutes ses promesses, aliant le funk, la soul et la pop avec les ballades qui ont fait la renommée de George....

Lolo 15/06/2021 13:36

Bonjour Christiane.Merci pour l'interview!!Son mal être était en lui et cela me fend le cœur..Une personne si extraordinaire..Bisous à tous.

Georgiafan 15/06/2021 14:48

Bonjour Lolo, mais de rien, c'est toujours un vrai plaisir de partager avec vous tous. Tu as raison, le mal-être a toujours été en Geeorge. Il était en plus d'une très grande sensibilité.... En ce mois de juin, il nous manque encore plus, la date du 25 juin approche et nous rappelle qu'il y a quelques années en arrière nous étions tous très heureux de lui dire " Happy Birthday Dear George " COMME IL NOUS MANQUE..... ps. Si tu veux me suivre sur faccebook ou sur twitter, tu regardes sur le blog ou c'est écrit SUIVEZ MOI, tu cliques sur facebook et tu vas arriver sur ma page. Bonne journée, bissous

Pat Vander 15/06/2021 10:12

Une interview très révélatrice du mal être qui ne l’a jamais quitté et qui explique beaucoup de la suite de sa carrière...l’homme publique ne s’assume pas ,mais la pratique de sa passion haut plus niveau implique de travailler son image ,de s’abandonner,bref de ne plus s’appartenir pour coller au plus près aux desideratas d’un public macrophage insatiable ! CE DILEMNE CORNÉLIEN A ÉTÉ POUR LUI TEL "UN TUEUR SILENCIEUX" ALIMENTANT UNE PERSONNALITÉ DOUBLE INCOMPATIBLE AVEC LE BONHEUR D’UNE VIE SIMPLE QUI CORRESPONDAIT À SA NATURE PROFONDE....! FAUTE DE POUVOIR S’EN LIBÉRER ,IL S’Y EST ENFERRÉ JUSQU’AU DÉNOUEMENT ULTIME!

Georgiafan 15/06/2021 13:11

Je pense que le mal -être de George ne l'a jamais quitté. Il tenait absolument à privilégier son jardin secret, ce qui n'est pas facile lorsque l'on est une star, il voulait être reconnu mais pas devenir un autre. Il était célèbre et adorait faire de la musique, mais en fait tout le cirque qu'il y avait autour lui était très pénible.

Laurence 15/06/2021 07:12

Bonjour Christiane et les lovelies! George prisonnier d'une image, j'ai l'impression que ça a été un peu le fil conducteur de toute sa vie. Ce ne devait certainement pas être facile de jongler entre le fait d'apparaitre et le besoin de se protéger; c'est le commun de tous les personnages publics mais pour lui qui était une âme sensible convaincue de sa musique c'était certainement encore plus difficile... Et nous ne pourrons jamais imaginer à quel point... Je suis triste pour lui quand je pense à ce qu'il a dû subir, le 25 approche et la tristesse augmente... Continuons à prendre soin de nous en pensant à lui...

Georgiafan 15/06/2021 13:19

Bonjour Laurence, tout d'abord je voulais te dire que tes commentaires passent normalement, je ne sais si tu l'avais remarqué ?.... Oui George est resté prisonnier d'une image, ce qui ne le rendait pas heureux. La véritable pesonnalité de l'artiste qu'il était était bien éloignée de l'image qu'il présentait, il était secret, difficile à cerner par le monde médiatique, il gardait au fond de lui son univers personnel qui lui était si précieux, et une autre partie de lui qui nous a toujours fait rêver....Oui, le 25 approche, cette date qui nous apportait à la fois la joie et désormais la tristesse, il nous manque toujours autant....

Danielle 14/06/2021 21:18

Bonsoir Christiane, merci beaucoup pour ces traductions que j'ai "dévorées" avec beaucoup d'intérêt. Il y a d'abord eu le duo Wham qui nous a épatés et qui nous a fait danser... Après, George (qui avait mûrit) nous a envoûtées avec sa musique et ses paroles tellement vraies en évoquant divers faits de la vie réelle. Peut importe l'image qu'il transmettait, il a toujours été lui-même et il pouvait en être fier. C'est comme cela que nous l'aimions... et continuons de l'aimer. Bonne soirée Christiane. Bises.

Georgiafan 15/06/2021 06:24

Bonjour Danielle, toujours un plaisir pour moi de partager ces interviews avec vous tous. Wham! la jeunesse, l'insouciance. Nous avons dansé sur leur musique, En deux années ils ont connu bien plus que d'autres en une carrière entière. Puis il y a eu George Michael solo avec la carrière que nous connaissons.... Le grand, le talentueux et généreux George Michael.... Nous continuons de l'aimer, et nous apprécions l'héritage musical qu'il nous a laissé, il nous manque toujours autant.... Bonne journée Danielle, bises

Clara 14/06/2021 18:35

Bonsoir Christiane,
Dans cette interview je devine à travers les propos de George qu'il y a l'avant et l'après Wham .
George a voulu démontrer à ses pairs, à ses fans , en fait, à tous, qu 'il en avait sous "la casquette " ....
Fini le George moqué par son look. Il avait de l'assurance, fi ni les préjugés .
J'aime bien sa remarque " je ne suis plus la moitié de Wham"
Merci pour cette traduction.
Bonne soirée, bise

Georgiafan 14/06/2021 20:08

Bonsoir Clara, en effet il y a eu Wham! où les fans, les médias ont transformé deux "potes" en une multinationale. Puis l'après Wham! et là George veut passer à autre chose, rester au top du succès, mais aussi acquérir une respectabilité en tant qu'artiste. Il s'impose comme un nouveau poids lourd de l' industrie musicale. Il a réussi.... Bonne soirée, bises

Christine guyot 14/06/2021 18:26

Bonjour Christiane
C'est toujours plaisant de lire des interviews de george, et parfois des interviews oubliées dans nos mémoires, mais avec ta passion et ton enthousiasme de faire reviivre george et sa musiques merci beaucoup pour ton investissement.
J'adore comment george a eu besoin de se justifier continuellement tout au long de sa courte vie et il nous manque énormément, C'était un GRAND artiste.
Bises Christine

Georgiafan 14/06/2021 20:12

Bonsoir Christine, moi-même je me replonge dans les interviews, et comme à chaque fois j'ai envie de partager ma passion pour cet artiste avec vous tous. Oui, je pense que toute sa vie il s'est toujours justifier, et pourtant il n'avait pas à le faire. Tu as raison Christine, un très grand artiste, talentueux, généreux et humble.... Bises